Mythe et Réalité



// Document : Mythe_et_Realite.doc

La pénurie des médicaments: des impacts à plusieurs niveaux

 

La pénurie des médicaments est une triste réalité qui affecte le système de santé depuis quelques années.  Le dernier évènement concerne un médicament de chimiothérapie utilisé dans le traitement du cancer du sein et des ovaires : le paclitaxel. En avril dernier, la compagnie Biolyse, qui a le contrat de vente de ce médicament pour la région de Montréal, a perdu sa licence pour vendre le paclitaxel au Canada.  À ce moment, une fiole de 50mL coûtait 42$.  Une autre compagnie pharmaceutique a aussi le droit d’en vendre.  Son prix de liste : 3900$. 100 fois le prix du premier. Épouvantable mais rien d’illégal.

 

Plusieurs tentatives auprès de cette compagnie n’ont pas encore permis d’obtenir un meilleur prix.  Le ministère est maintenant en discussion pour diminuer les conséquences économiques de cette problématique. Mais les directives sont claires : aucun patient ne doit en payer le prix.

 

Tous les types de pénuries, de façon générale, ont des conséquences quotidiennes sur le travail des employés de la pharmacie : augmentation du nombre d’entrées informatiques pour les prescriptions, reprogrammation dans les systèmes de distribution automatisés et augmentation de la complexité des commandes de médicaments. Bref, une augmentation significative de la charge de travail pour assurer la sécurité des patients.

 

Jude Goulet

Chef du département de pharmacie

 

Travailler en hauteur

Dans le milieu de la santé les chutes à partir des échelles ou des escabeaux représentent 18 % des chutes. Nous tenons donc à vous rappeler certaines règles de base.

 

  • Ne jamais monter  sur les 3 derniers échelons encore moins sur le dernier échelon ou sur la plateforme.
  • Toujours utiliser l’escabeau en position ouverte sur une surface plane, jamais en appui sur un mur.
  • Déployer complètement la barre d’écartement et le plateau de l’escabeau.
  • Toujours garder 3 points d’Appuis ex. : 2mains et 1 pied ou 2 pieds et 1 main. Le nombril du travailleur, son nombril ou sa boucle de ceinture doit se trouver entre 2 montants
  • Bien positionner l’échelle par rapport au mur : pour chaque tronçon de 1.2 m de hauteur, le pied de l’échelle doit être placé à 0.3 m de la base du mur.
  • Faire dépasser l’échelle d’accès d’au moins 1m au-dessus de la surface d’Appui.
  • Utiliser une échelle munie de patin antidérapants ou d’un dispositif de blocage. S’il s’agit d’une échelle d’accès,  maintenir fermement la base de l’échelle et l’attacher à une structure pour l’empêcher de glisser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le STTHMRCSN tient à souligner le courage des travailleurs du 9 ab. En effet lors du CRT (comité de relation de travail) entre notre syndicat et l’employeur le 9 juin dernier,  les  travailleurs  ont décidé d’intervenir directement auprès de l’employeur pour faire état des mauvais soins que les patients reçoivent. Depuis  que l’unité reçoit une clientèle neurologique, l’équipe n’est plus en état de fournir des soins de qualité. Le problème c’est que la clientèle a changé mais les ressources n’ont pas été revues à la hausse pour s’adapter à celle-ci. Les patients doivent régulièrement attendre entre 30 et 45 minutes avant de faire changer leurs culottes d’incontinences;  les repas sont distribués 1h après la réception des plateaux ce qui a comme conséquence, un refroidissement de la nourriture;  les patients qui doivent être positionnés aux deux heures ne les sont pas toujours…